Dégustation: Santa Duc de velours

Yves Gras, du Domaine Santa Duc à Gigondas, est un homme de talent et d’humour qui sait à merveille extraire la substantifique fraîcheur de jus pourtant très alcoolisés.

Personnage haut en couleur, Yves Gras représente la quatrième des générations qui se sont succédé depuis près d’un siècle et demi au domaine Santa Duc – le hibou grand duc en provençal – 26 hectares à Gigondas, au pied des Dentelles de Montmirail.

Respectueux de la biodiversité et des sols de son vignoble, partisan de vinifications simples et créateur de vins de grande expression, qui fusionnent puissance, richesse et élégance dans une ligne en parfait équilibre, il est incontournable.

Prix raisonnables

D’autant que les prix restent plus que raisonnables, voire inégalables en regard du plaisir procuré. C’est particulièrement le cas du Vin de Pays (CHF 11.-), du Côtes-du-Rhône (CHF 15.-) et du Gigondas Tradition (CHF 26.-).

Les vins de Santa Duc fermentent à partir des levures indigènes, sont élevés sur lies fines et mis en bouteille sans filtration.

Dégustation

Domaine Santa Duc, Les Plans, Vin de Pays de Vaucluse 2007

Après aération, le nez dégage une complexité étonnante : baies (cassis), fruits du verger (cerise), touche bien présente de cacao, de garrigue (thym), de poivre et de sous-bois. La bouche affiche une belle rondeur avec de la fraîcheur en attaque, une texture et des tanins sans aspérité. C’est un vin qui se boit facilement, charmeur mais avec de l’ampleur, de la structure et de l’allonge. Bluffant !

Domaine Santa Duc, Les Quatre Terres, Côtes du Rhône 2010

Nez floral (iris, rose) et épicé, avec des arômes de fruit à noyau aussi. La bouche évolue en demi-corps, gourmande, avec des tanins déjà fondus et une belle allonge.

Domaine Santa Duc, Les Quatre Terres, Côtes du Rhône 2008

Dans sa robe rouge foncé aux reflets rosés, ce Côtes-du-Rhône fleure bon la cerise, la mûre, le raisin frais, la violette et les épices douces. Rond en attaque, fruité et légèrement lardé, coulant, pourvu de jolis tanins et d’une finale épicée, il est des plus plaisant.

Domaine Santa Duc, Tradition, Gigondas 2010

Les Gigondas de Santa Duc se révèlent enchanteurs et sensuels. Yves Gras dompte magistralement des jus très alcoolisés pour en extraire une régénérante fraîcheur qui leur confère finesse et suavité, dans un parfait équilibre entre onctuosité et tension. Année après année, la cuvée Tradition exprime ce savoir-faire avec une régularité sans faille et 2010 est un modèle du genre.

Dominé par le Grenache (75%) et complété avec de la Syrah (15%) du Mourvèdre et du Cinsault (10%), il s’ouvre sur un nez  intense et complexe de cerise, fruit à noyau, sous-bois, humus et violette. Le toucher de bouche est magistral, avec une matière volumineuse et grasse mais toujours fraîche et tendue, l’équilibre est tel qu’on ne sent jamais les 15° d’alcool. Les tanins sont déjà complètement fondus, élégants et la finale semble interminable. Un vin subtil et profond à la fois.

Domaine Santa Duc, Tradition, Gigondas 20o8

Arômes de fraise, cerise, mûre, raisin de corinthe, garrigue, avec une touche chocolatée et une légère note grillée. En bouche, on retrouve ce soyeux du chair si séduisant et cette habile maîtrise de la puissance. La finesse des tanins et une longue finale réglissée finissent de façonner un Gigondas déjà sensuel et qui, dans ce millésime, peut se boire dès à présent sur son fruit.

Domaine Santa Duc, Prestige des Hautes Garrigues, Gigondas 2010 

Issue de vieilles vignes de Grenache principalement et de vendanges plus tardives, élevée deux ans en barriques de plusieurs vins et en foudres, cette cuvée évolue sur des notes de cerise, de garrigue et de réglisse, avec un très beau volume en bouche. Le boisé est bien intégré dans une texture veloutée portée par une trame harmonieuse et prolongée par une finale épicée. Un vin déjà magnifique, imposant et profond, qui va encore s’affiner.

Domaine Santa Duc, Habemus Papam, Châteauneuf-du-Pape 2010

Originaire d’une parcelle située au lieu-dit Les Saintes Vierges, terroir mitoyen de La Crau, issue d’une vendange non égrappée (Grenache accompagné d’un peu de Mourvèdre et de Counoise), vinifiée avec très peu d’intervention et une extraction très douce et élevée 18 mois en foudres récents, voici la première cuvée de Châteauneuf-du-Pape réalisée par Yves Gras. Goûtée juste après la mise en bouteille, elle se met en place, avec des tanins encore sérieux mais une délicatesse de fruit, une ampleur en bouche et un équilibre déjà bien présents.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s