Le millésime 2012 au Mas Haut-Buis: de la patience et de la vigilance

Olivier JeantetAu bout du compte, le millésime 2012 sera bon au Mas Haut-Buis. Pour cela, il a fallu d’abord faire avec les caprices de l’hiver, puis se montrer très vigilant à la vigne et finalement rester patient à l’heure des vendanges.

L’hiver 2012 a été très froid, plus que le précédent, avec des températures allant jusqu’à moins 15°C et des vents de plus de 100 km/h. « Nous avons perdu plusieurs souches dans les parcelles à cause du gel, » explique Olivier Jeantet, le maître du Mas Haut-Buis.

Des petites pluies répétées au printemps ont accru la pression du mildiou et de l’oïdium, il a donc été nécessaire de surveiller les vignes avec minutie, ce qui a permis de contenir ces champignons indésirables.

L’été a été assez frais jusqu’à mi-août, quand le soleil a repris ses droits. La véraison s’est faite assez tardivement. La deuxième moitié d’août a été chaude avec même un léger manque d’eau comblé par des orages en fin de mois et au début septembre.

L’automne s’est déroulé sans trop de problèmes, avec des vendanges débutées dans la seconde quinzaine de septembre, très légèrement perturbées par la pluie mais sans que cela n’altère la qualité du raisin. « Nous n’avons pas hésité à temporiser un peu à l’heure de récolter, ce qui nous a permis de rentrer des raisins à parfaite maturité et très sains, » conclut Olivier Jeantet.

Dégustation:

Mas Haut-Buis, Vins de Pays de l’Héraut, Les Agrunelles 2012

Dégusté sur cuve, filtré deux jours plus tôt, en prévision de la mise. Notes d’agrumes, d’abricot et de pêche, bouche droite, millimétrée, avec une jolie vivacité en finale.

Mas Haut-Buis, Terrasses du Larzac, Les Carlines 2012

Dégusté sur cuve (béton). L’assemblage de Syrah, Carignan et Grenache offre un nez au fruité explosif et une bouche épicée, avec une belle définition du fruit et une texture veloutée aux tanins friands.

Le même assemblage dans la cuve voisine laisse en bouche une rondeur tannique et un velouté encore plus impressionnants. Magie du vin !

Mas Haut-Buis, Terrasses du Larzac, Costa Caoude 2012

Dégusté sur foudre Stockinger de trois vins. Légère réduction qui s’estompe rapidement à l’aération, nez sur les petits fruits noirs, le poivre et le laurier, avec un fin boisé en arrière-plan. La bouche, plus ample que celle des Carlines, montre une grande élégance tannique, déjà suave, avec un boisé bien intégré.

Mas Haut-Buis, Terrasses du Larzac, Costa Caoude 2012

Dégusté sur foudre Stockinger neuf. Même assemblage Grenache-Carignan,  avec un boisé un peu plus présent, comme on pouvait s’y attendre. La bouche révèle une matière très délicate, davantage encore que la précédente, semble-t-il, plus épicée aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s