Le Mas Haut-Buis, pionnier du Larzac

J’ai rencontré Olivier Jeantet par hasard. C’était à Paris il y a quelques années, je suis entré aux Crus du Soleil pour acheter un vin de copains avant d’aller dîner.

J’avais cinq minutes, je savais exactement ce que je voulais mais…je ne connaissais pas le Mas Haut Buis.

Olivier faisait déguster son dernier millésime, je suis ressorti une heure plus tard, bien en retard mais avec un joli coup de cœur et une bouteille de Costa Caoude sous le bras. J’avais aimé le vin mais aussi l’enthousiasme et la chaleur du vigneron, sa foi en sa région, son terroir, ses produits.

On a beau se dire que le hasard fait bien les choses, reste que j’avais découvert le Languedoc, et plus particulièrement le Larzac, à vélo quelques années auparavant et que j’étais tombé amoureux de cette contrée à la fois sauvage, rude et grandiose.

J’avais naturellement aussi adoré bon nombre de ses vins, symboles d’un vignoble autrefois décrié mais en plein renouveau depuis une vingtaine d’années, grâce à une pépinière de vignerons talentueux qui s’y sont installés ou ont repris les vignes familiales avec des idées de changement.

Vers les sommets

Souvent inspirés par l’emblématique Olivier Jullien, celui qui avec quelques autres a véritablement propulsé l’appellation vers des sommets insoupçonnés, ils ont aujourd’hui trouvé leur voie et apportent leur touche d’originalité.

Olivier Jeantet appartient sans conteste à cette nouvelle génération mais il peut lui également se targuer d’avoir été un pionnier en explorant puis valorisant les vignes d’altitude des terrasses du Larzac à l’aube du nouveau millénaire.

Depuis sa naissance il y a douze ans, le Mas Haut-Buis  a fait des émules dans la région – pour la plupart des amis plus que des concurrents – mus par un même respect du sol, de la nature, de l’authenticité.

Trilogie de base

Dès le départ, Olivier Jeantet avait fait sienne cette trilogie de base. Son talent a concrétisé, matérialisé l’idéal. Ses vins ne sont pas le reflet  d’une maîtrise scolaire de la vitiviniculture. Ce passionné a appris seul, suivant parfois les conseils de l’un ou l’autre maître local mais laissant plus généralement parler son instinct.

Au final, dans la vigne comme dans la cave, l’observation et les sensations priment sur l’intervention et les marches à suivre, comme s’il y avait un accord tacite, une sorte de pacte pour le meilleur entre l’homme et la plante, son fruit, son jus.

Le Larzac a la beauté d’un dur au cœur tendre et il y a un peu de cela chez Olivier Jeantet. On dit que les grands vins sont à l’image des vignerons qui les font, ceux du Mas Haut-Buis ont donc du caractère, de la fougue, mais aussi de la délicatesse, de l’élégance, de la race et de la fraîcheur.

Il est des rencontres qu’on ne regrette jamais…

Fiche technique :

Terroir: éboulis calcaires du Larzac, sols argilo-calcaires.

11 hectares situés sur des coteaux d’altitude (400 mètres et plus) plantés majoritairement en Grenache (vignes de plus de 40 ans), Carignan (vignes de plus de 70 ans) et Syrah, parsemés d’oliviers, d’amandiers et de figuiers. Conduite de la vigne selon les principes de l’agriculture biologique.

Vendanges manuelles. Vinifications traditionnelles, utilisation des levures indigènes, pas de collage ni de filtration. Élevage de 24 mois en foudre et demi-muids pour le Costa Caoude, de 14 mois en cuves pour les Carlines, de 12 mois en barriques pour les Agrunelles.

Les vins dégustés :

Issu  de vieilles vignes de Grenache et de Carignan, le Costa Caoude s’impose immédiatement par son originalité. Fruit profond, toucher caressant, trame aérienne, vin de garde, c’est indéniablement la signature d’Olivier Jeantet. Voir la verticale du Costa Caoude.

Les Agrunelles 2008

Seul vin blanc produit par le Mas Haut-Buis, issu de grenache blanc jusqu’au millésime 2010, les Agrunelles  exhale une vivacité citronnée. La bouche est franche, ciselée et de bonne persistance.

Les Carlines 2007

Le deuxième vin d’Olivier Jeantet ne manque pas d’ampleur et joue résolument la carte du fruit (cassis, mûre, framboise, cerise, avec des notes d’olive noire). Equilibré et digeste, ce 2007 offre un magnifique rapport prix-plaisir.

Glouglou 2010

Dernier né de la gamme, issu de syrah vinifiée en grappes entières dans des cuves en béton, le Glouglou porte bien son nom : vin de soif par excellence, à boire exclusivement sur l’exubérance de son fruit et la gourmandise tonifiante qui s’en dégage.

Prix (au domaine): entre €8 et €19

Adresse :

Mas Haut-Buis, Route de Saint Maurice, 34520 La Vacquerie, Hérault, France.

E-mail : mashautbuis@hotmail.fr ; tél. : +33 4 67 44 12 13 ; site internet: www.mashautbuis.com

Importateur exclusif en Suisse :

Le Millésime, Rue du Nord 4, 1800 Vevey.

E-mail : info@millesime.ch ; web : www.lemillesime.ch ; tél. : +41 21 923 58 13

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s